Dans le cadre de nos rencontres régionales FCPE du 4 avril 2015,
nous avons signé ce manifeste avec Madame le Recteur  pour l'Académie de Montpellier, afin d’unir nos efforts pour :
Réduire les actes de violences dans les établissements scolaires afin de favoriser la réussite des élèves.

On peut estimer à 10% le pourcentage des élèves concernés par différentes formes de violence. Ce qui représenterait environ 40 000 élèves dans le Languedoc-Roussillon.
Pour cela, nous nous engageons à mettre en œuvre conjointement nos moyens humains, matériels et intellectuels pour :
- Sensibiliser la communauté éducative aux mécanismes de la violence
- Fournir des conseils pratiques et une technicité pour combattre la violence à l’école.


A chaque rentrée scolaire, afficher et commenter les affiches « Agir contre le Harcèlement »  et « Violence scolaire : Réagir » pour informer les élèves sur les comportements favorables au climat scolaire et sur les attitudes à adopter lorsqu’ils sont confrontés aux diverses formes de violence.
Mettre en place dans chaque établissement un plan de prévention du harcèlement (loi n° 2013-595 d’orientation et de programmation pour la refondation de l’École) et au moins une action concrète pour améliorer le climat scolaire et pour ce faire, développer la collaboration entre les membres de la communauté éducative : responsables d’établissement, enseignants, personnels éducatifs, élèves et parents ou tuteurs légaux.
Les fédérations de parents d’élèves s’engagent à intervenir dans les établissements et à organiser des réunions de sensibilisation aux phénomènes de violences : les mécanismes de mise en place, leurs conséquences, les solutions possibles et les services spécialisés.
> Encourager la co-construction de formations, basée sur le développement des relations parents-enseignants-encadrants, afin de mieux pouvoir :
- Identifier les signes d’un mal-être ou d’une agressivité parmi les élèves.
- Accompagner avec bienveillance et précaution les victimes.
- Mettre en œuvre des solutions de protection et de reconstruction des élèves victimes.
- Mettre en œuvre des solutions d’accompagnement éducatif et de sociabilisation des agresseurs.
- Intégrer les fédérations de parents d’élèves dans l’observatoire du climat scolaire.
- Suivre l’efficacité des actions dans le tableau de bord du climat scolaire.

Le bilan fera l’objet d’évaluation annuelle pour recommander les améliorations et innovations.